Le fait est que des millions de jeunes filles tombent enceintes -souvent contre leur gré- alors qu’elles ne sont encore âgées que de 15 à 19 ans. Chaque année, on compte des enfants nés d’une jeune fille de 15 ans ou moins. Ce genre de cas existe partout dans le monde mais surtout dans les pays pauvres. Et tous les ans, les adolescentes de 15 à 19 ans font recours à des avortements risqués. Et ces enfants nés de mères adolescentes sont sujets à différentes maladies, et ont donc un taux de mortalité très élevé. L’Organisation Mondiale de la Santé s’intéresse vivement au cas de ces jeunes mères, en l’occurrence de leur santé.

Les mères adolescentes: les conséquences sur leur santé

Les mères adolescentes peuvent avoir de nombreux soucis de santé. En effet, à leur âge, leur corps n’est pas encore prêts pour des rapports sexuels et encore moins pour porter un enfant dans leur ventre. Pour ne pas avoir à assumer le rôle de mère, beaucoup s’engagent dans des avortements dangereux et très risqué. À cause de tout cela, le taux de mortalité tant de la mère que de l’enfant est très élevé, et la mère ne pourra pratiquement plus retrouver une pleine santé, qu’à son âge toutes les filles devraient avoir. Les problèmes de santé durables sont observés chez les mères adolescentes ou encore chez celles qui ont fait recours à un ou plusieurs avortements non médicalisés.

Ce que fait l’OMS pour lutter contre la grossesse précoce

L’OMS s’active grandement pour sauver ces jeunes filles de cette situation. Pour cela, cette organisation lutte contre le mariage avant 18 ans, elle sensibilise également contre la grossesse avant la vingtaine mais aussi encourage les jeunes gens à utiliser plus les produits contraceptifs. L’objectif est de réduire le taux de mortalité des enfants mais aussi de mieux s’occuper de la santé des jeunes mamans.